Continent Américain

 

3

Amérique

Amérique du Nord

Usa

Usa

Autoharpe usa

L' autoharp est une variation nord-américaine de la cithare autrichienne ; elle est jouée dans la région des Appalaches pour accompagner la musique folk ou bluegrass.

Le mot Autoharp a été déposé en 1926 ; la société US Music Corporation prétend en être propriétaire. L'organisme d'enregistrement des marques aux USA (USTPO) ne protège que les mots, lettres et/ou nombres dans leur forme stylisée. De fait, seul le graphisme du logo Autoharp est protégé, le terme lui-même étant devenu un mot d'usage général.

L'Autoharp a une forme trapézoidale, une ouïe centrale circulaire et généralement 36 cordes (certaines auto harpes en ayant jusqu'à 48) y sont tendues dans le sens de la longueur de l'instrument. Les cordes sont fixées à la base par des pointes et accordées en haut par des chevilles en métal qui permettent de régler la hauteur du son de chaque corde à l'aide d'une clé en métal.

La caractéristique de cet instrument qui le différencie des autres cithares est un boîtier posé au-dessus des cordes dans le sens de la largeur de l'instrument. Ce boîtier contient un jeu de barres (dont le nombre varie en fonction de l'instrument) équipées d'étouffoirs qui neutralisent la vibration de cordes choisies à l'avance et permet ainsi d'obtenir des accords avec les autres cordes libres. On les met en action en appuyant sur des boutons et elles reviennent à leur emplacement initial grâce à un système de ressorts. Les noms des accords obtenus par ces barres sont inscrits avec la notation anglo-saxonne A B C D E F G (respectivement la si do ré mi fa sol) sur le boîtier. Les accords disponibles sont des accords mineurs, majeurs et de septième. Les modèles les plus courants possèdent un jeu de 12 accords et un nombre plus important pour les instruments plus élaborés.

Usa

Usa

Banjo usa

Le banjo est un instrument de musique à cordes pincées nord-américain. Avec sa table d'harmonie à membrane, on le distingue facilement de la guitare. Cet instrument serait un dérivé du luth ouest-africain ekonting apporté par les esclaves noirs (ou plus vraisemblablement recréé par certains d'entre eux) et qui aurait suscité la création des premiers gourd-banjos(« banjo en gourde »). Le banjo représente désormais toute une famille d'instruments.

L'origine de l'instrument moderne remonte d'abord aux années 1830-1840 durant lesquelles ont commencé l'industrialisation et la commercialisation d'un instrument plus ancien (xviie siècle) utilisé par les esclaves africains déportés aux États-Unis. La source iconographique la plus ancienne se trouve dans un récit de voyage écrit par Sir Hans Sloane en 1688 et publié à Londres en 1707. Les musiciens noirs exploitèrent l'aspect rythmique de l'instrument avec un tel succès que les blancs du Sud des États-Unis s'y intéressèrent. À partir de la dernière décennie du xixe siècle, le banjo se distingua dans le style de pré-jazz appelé « Dixieland », vogue qui continua jusque dans les années 1930. Ce banjo connut à nouveau le succès après la Seconde Guerre mondiale grâce aux Américains Pete Seeger (style traditionnel du Sud) et Earl Scruggs (bluegrass). De nombreux guitaristes américains au jeu rapide, comme Arthur "guitar boogie" Smith, ont abordé la musique par le banjo.

Sa caisse de résonance qui consiste en un cadre circulaire en bois ou en métal sur lequel est tendue une membrane, produit un timbre très particulier. La matière de cette membrane a évolué avec le temps : parchemincuirpeau et de nos jours, matière synthétique. Différentes peaux étaient utilisées à l'origine comme la vache, le cochon, la belette mais surtout le castor très répandu sur le continent nord-américain. Muni d'un long manche, à l'origine sans frettes, le banjo présente quatre ou cinq cordes en métal.

La technique plus ancienne, sur banjo open back dos ouvert pour un jeu dont la ressemblance est d'ailleurs frappante avec celle du ekontin

Usa

Usa

Banjoline usa

Une banjoline ou mandolin-banjo est un instrument de musique dont la caisse de résonance est comme celle d'un banjo : cerclée métalliquement sur laquelle est tendue une peau. L'accordage des cordes est similaire à celui d'une mandoline : sol (note la plus grave) - ré - la - mi

A l'apogée des orchestres de mandoline et des bandes de banjo (c'est-à-dire entre la fin du xixe siècle et le début du XXème), toutes sortes d'instruments ont été inventés. La banjoline est l'un des hybrides qui ont abouti.

Cet instrument est issue des expérimentations visant à amplifier le son, avant que l'amplification électrique ne le permette. Le premier brevet pour une mandoline-banjo est déposé en 1882 par Benjamin Bradbury, de Brooklyn1. Le nom "banjolin" a lui été breveté par John Farris en 1885.

L'instrument a ensuite été popularisé au début du xxe siècle, avant que le banjo ténor devienne plus populaire dans les années 1920.

Usa

Usa

Guitare basse

La guitare basse est un instrument de musique à cordes conçu selon le même principe que la guitare électrique, mais avec une tessiture plus grave. Comme la contrebasse dont elle est inspirée, la guitare basse est généralement utilisée pour jouer la ligne de basse au sein de la section rythmiqued'un ensemble musical, mais elle est également utilisée comme instrument soliste, par exemple dans le jazz fusion.

Une basse possède généralement 4 cordes, mais peut aussi en avoir 5,6,9 ou plus (on parle alors d'ERB, Extended-Range Basses). L'instrument est constitué d'un manche et d'un corps en bois plein (solid body) ou creux (semi-hollow body) comprenant un ou plusieurs micros, potentiomètres et un chevalet, comme sur la guitare électrique.

Les cordes ont généralement un diapason de 34 pouces (86.34 centimètres), qui peut être parfois plus long ou plus court. Certaines basses avec un plus petit diapason (30 pouces ou 76,2 cm) sont appelées short scale . La touche d'une basse supporte des frettes (qui délimitent les notes, comme sur la guitare) mais on trouve, plus rare, des modèles qui en sont dépourvus (comme une contrebasse) dénommés fretless. La méthode de fixation du manche (vissé, collé ou traversant le corps) et le type de bois utilisé pour la lutherie influent sur la sonorité.

La basse est considérée comme le « pilier » dans un groupe de par son côté rythmique avec la batterie et l'accompagnement des graves.

Usa

Usa

Guitare electrique usa

 

La guitare éléctrique est un type de guitare qui produit des sons grâce à des capteurs souvent appelés micros1, transformant les vibrations des cordes en un signal électrique qui peut être modifié par divers accessoires comme des pédales d'effets avant d'être converti en un son par un ampli (un amplificateur électronique spécialement destiné à la guitare et un haut-parleur).

La lutherie de la guitare électrique est un art radicalement différent de celui des instruments à cordes acoustiques : il n'est pas nécessaire de transformer efficacement la vibration des cordes en onde sonore. Bien que le corps ne soit pas une caisse de résonance, il participe cependant à la sonorité finale. Il peut être en matériau plein (solid body), ou creux comme celui d'une guitare acoustique (hollow body). Les cordes doivent être fabriquées en matériau magnétique (acier), mais elles peuvent être plus fines et moins tendues que pour un instrument acoustique. La fabrication du ou des capteurs est un élément important dans la qualité du son, comme le sont aussi, et plus encore, les boîtes et pédales d'effets, l'amplificateur et son haut-parleur. La lutherie de guitare électrique a développé des formes originales voire excentriques pour cet instrument électromécanique.

Inventée aux États-Unis, la guitare électrique s'est diffusée tout autour de la planète, sa fabrication aussi. La facture instrumentale italienne, déjà développée dans les années 1950, s'est emparée de ce nouvel instrument

L'invention de la guitare électrique a suivi de près celle de l'amplificateur électronique. Un brevet de capteur électromagnétique fut déposé en 1909 et accordé en 1911. Prévu pour le piano, il pouvait aussi bien s'appliquer à tout instrument à cordes en acier. Stromberg et Voisinet proposèrent, sans grand succès, la première guitare électrique en 1928

Une guitare électrique comporte le plus souvent six cordes (mi, la, ré, sol, si, mi) en métal magnétique, dont trois — quatre pour les guitares de jazz —, les basses (mi, la, ré), sont filées, c'est-à-dire gainées par un enroulement de fil métallique qui les alourdit sans les rendre plus rigides. Les accordages sont ceux qui se pratiquent pour la guitare acoustique.

Usa

Usa

Guitare electro acoustique usa

La guitare éléctro-acoustique est une guitare acoustique à laquelle on a implanté un ou plusieurs micros, dans le but de pouvoir l’amplifier ou l’enregistrer dans les meilleures conditions. Sa sonorité est soumise aux mêmes paramètres qu’une guitare purement acoustique (bois utilisés, longueur et qualité des cordes, précision des assemblages et des pièces, résonance de la caisse, dureté du vernis) mais aussi à des facteurs liés à l'amplification (type de capteur, modifications du signal, système de haut-parleur). Certaines ont des cordes en métal, d'autre ont des cordes en nylon.

Le but recherché est avant tout d’éviter l’effet Larsen qui se produit lorsque l’on utilise un micro de chant pour amplifier une guitare acoustique.

Usa

Usa

Marxophone usa

Le marxophone est une cithare sans frette inventée par Henry Charles Marx (1875-1947) et commercialisée au début du xxe siècle dans le Michigan, aux États-Unis.

Mexique

Mexique

Bajo quintos mexique

Le bajo quinto est un instrument de musique mexicain qui ressemble à une grande guitare basse.. Il est arrivé d'Espagne avec les conquistadores.

Il est souvent confondu avec le guitarron pourtant plus gros et qui est de fabrication artisanale et constitue l'instrument typique du conjunto.

 Lbajo quinto, accordé : la - ré - sol - do - fa.

Les cordes sont claquées comme une percussion.

Il est utilisé comme basse dans la musique mexicaine et celle du Texas : norteño music, Tex-Mex, conjunto ou música mexicana-tejana.

Mexique

Mexique

Jarana mexique

La  jarana est une famille d'instrument de musique mexicain à cordes pincées, qui trouve ses racines dans le Sud de l'État de Veracruz, sur la côte Atlantique du pays. Les origines de la jarana sont sans doute la vihuela, le guitarron et la guitare baroque.

La jarana est aussi une musique, et une danse du Yucatan.

La taille et le registre des jaranas varient largement, ce qui permet d'enrichir le timbre du groupe. Selon leur taille, on distingue la jarana tercera ( 80 à 100 cm), secunda ( 70-80 cm), primera ( ( 55-70 cm), mosquito (moins de 50 cm), et chaquiste (la plus petite : 30-40 cm, souvent confondue avec un ukulélé).

La jarana possède traditionnellement 5 chœurs qui permettent de jouer dans 5 tons différents - les 3 cordes centrales sont doubles et les deux cordes extérieures sont simple, cependant on trouve des jaranas à sept cordes au lieu de huit, cet instrument ayant connu différentes déclinaisons.

Les cordes de la jarana sont aujourd'hui faites majoritairement de nylon, mais on trouve toujours des cordes traditionnelles en boyaux d'animaux (de vaches, de chat...)

La caisse de la jarana est traditionnellement construite à partir d'un morceau de cèdre rouge excavé, sur lequel sont ensuite adaptés les autres éléments de la table d'harmonie.

La jarana a été utilisée récemment par des groupes mexicains de musique moderne (rock, punk…), comme Café Tacvba ou Caifanes

Mexique

Mexique

Vihuela mexique 001

La  vihuela est un instrument ancien d'origine aragonaise, cousin du luth renaissance dont il reprend l'accord en quarte, et non un ancêtre de la guitare qui coexistait à la même époque. La vihuela s'étend par la suite à la Castille, au Portugal, où elle est appelée viola de mão, dans le sud de l'Italie du fait des échanges économiques entre l'Espagne et l'Italie, ainsi qu'en Amérique latine par suite de l'arrivée des Espagnols sur ce continent.

Elle a la taille d'une petite guitare (3/4), mais avec un dos bombé comme une carapace. Sur les côtés, tout du long, des grosses bandes de marqueterie sont apposées. Le manche se fond dans la caisse de résonance, et ne comporte que quatre frettes en nylon. Elle est montée de cinq cordes en nylon accordées : La - Ré - Sol - Si - Mi.

Elle est actuellement employée en accompagnement dans les orchestres jouant la musique mariachi.

 

Amérique Centrale

Cuba

Cuba

Armonico cuba

L' armónico est un instrument de musique inventé par le musicien cubain Compay Segundo en 1924.

Son idée était d'associer les qualités de la guitare et du tres par l'ajout d'une septième corde.

Cuba

Cuba

Tres cuba

Le tres est un instrument de musique à cordes. Il s'agit d'une petite guitare rudimentaire fabriquée à partir du xviie siècle à Cuba. Il s'est répandu ensuite à Porto RicoRépublique dominicaine et au Mexique, dans la musique latine.

D'abord taillé dans le bois épais d'un cageot de morue et tendu de trois paires (trois groupes de trois à l'origine) de cordesen boyau d'agouti (tres signifie trois en espagnol), le tres est monté aujourd'hui de six cordes en métal, semblables à celles de la guitare folk, chaque paire de cordes comportant une corde lisse et une filée. Le corps est réalisé avec du bois tendre et le manche est fait de bois dur.

Il est joué avec un plectre, soit assis, soit debout, grâce à une lanière.

L'accordage original du tres était en ré mineur (ré, fa, la), mais il a été changé en do majeur (sol, do, mi) par le virtuose aveugle Arsenio Rodriguez. Les cordes en sol et en mi sont accordées à l'octave tandis que celles en do sont accordées à l'unisson. Cet accordage a un double rôle, celui de permettre de jouer aussi bien une base rythmique (le guajeo) que des improvisations mélodiques.

Le tres est joué dans la trova, le punto et la musique paysanne cubaine connue sous le nom de son cubain. C'est l'instrument des débuts de Compay Segundo. Il est encore utilisé par presque tous les orchestres typiques de Santiago de Cuba car il n'y a pas, ou peu, de pianos dans cette région où est né le son cubain

Hawai

Hawai

Ukulele hawai

Le ukulélé est un instrument à cordes pincées traditionnel hawaïen, proche du cavaquinho, instrument populaire du Portugal dont il est une adaptation.

Très à la mode dans la première moitié du xxe siècle, ce petit instrument polyvalent composante indispensable d’un orchestre hawaïen fut rapidement adopté par divers courants musicaux — de la chanson populaire au jazz — parfois parce qu’il apportait une dimension humoristique ou exotique à un ensemble.

Le ukulélé est une adaptation de la braguinha ou machete de l'île de Madère qui est une des formes du cavaquinho portugais.

Le ukulélé possède quatre cordes à l'origine en boyaux de mouton (dits boyaux de chat) aujourd'hui quasiment toujours remplacées par des cordes en nylon (parfois filées de métal pour les plus graves, à partir du Do et en dessous suivant les accordages) — le nylon (ou différents matériaux composites à base de nylon) permet d'avoir des cordes beaucoup plus stables et résistantes, moins affectées par les variations de températures et d'humidité que les matériaux organiques.

 

Amérique du Sud

Perou

Perou

Charango perou

Le charango est un instrument de musique à cordes pincées inspiré de la petite guitare originaire du Pérou, de la ville d'Ayacucho, au xviie siècle. À la suite de l'arrivée des Espagnols en Amérique, les indigènes s'inspirèrent de la guitarrilla ou du timple (ou tiple) pour créer ce petit instrument qui s'est répandu dans tous les pays andins (ArgentineChiliPérouBolivieÉquateur).

Les tous premiers charangos auraient été construits en utilisant une carapace de tatou de petite taille, appelée en indien kirkincho, comme caisse de résonance. Cette pratique se poursuit encore aujourd'hui, bien que certaines espèces de tatous soient protégées. Cependant, l'utilisation du bois pour la caisse de résonance est de plus en plus fréquente, les meilleurs charangos étant conçus d'une seule pièce.  

Il est monté de dix cordes groupées en 5 chœurs (paire de cordes jouant la même note, comme sur un luth). Les cordes sont en nylon (voire en boyaux ou en métal), accordées le plus souvent en sol-sol, do-do, mi-MI, la-la, mi-mi, de la 5e corde vers la 1re première corde (chaque chœur étant accordé à l'unisson, à l'exception du mi des 3e cordes qui ont une octave de différence). L'ordre des cordes est atypique : la corde la plus grave est le MI (corde 3a), puis sol (5e cordes), la (2e cordes), do (4e cordes) et mi (1res cordes et corde 3b). Le chevillier peut être soit à l'ancienne (avec des chevilles à friction), soit moderne (avec un mécanisme du type roue et vis sans fin). Le manche est fretté.

Le jeu de la main droite se fait au doigt mais aussi exceptionnellement avec un plectre (médiator) dans certaines régions. Le jeu typique de la main droite est permis par l'accordage spécifique ci-dessus et se fait en alternant pouce doigt pouce doigt. Le charango de par sa conformation permet le redoublement caractéristique (frotté très rapide) qui donne un cachet particulier aux musiques des Andes.

Les charangos sont fabriqués du Pérou jusqu'en Argentine, les meilleurs luthiers s'étant installés dans les zones touristiques comme la ville historique de Potosí, ou à La Paz dans le quartier touristique de la Cathédrale de San Francisco.

Portorico

Portorico

Bordonua portorico

Le bordonua est un instrument à cordes pincées portoricain. C'est une petite guitare dérivée de la guitare baroque. Il ressemble beaucoup au tipleportoricain, en plus grand.

Il est taillé à partir de trois pièces de bois (cheviller, manche, caisse de résonance). La table d'harmonie est clouée. La caisse de résonance très profonde, en forme de trou de serrure, est resserrée près du manche. Celui-ci se prolonge sur la table d'harmonie jusqu'à la petite ouïe située en son milieu. Il a cinq doubles cordes en métal accordées (comme une guitare : la - ré - sol - si - mi) à l'octave et des frettes très larges. 

On le trouve dans les orchestres jíbaro où il jouait à l'origine une ligne de basse. Il s'est développé un style mélodique entre les mains de "bordonistas" tel Candelario Vásquez qui a inventé une manière de jouer les trémolos, en tirant la corde le long d'une frette, appelé gemido ("plainte") ou lloriqueo ("pleur").

Vénézuela

Venezuela

Cuatro venezuela

Le cuatro est un petit instrument de musique à quatre cordes utilisé au Venezuela, en Colombie, au Mexique et à Porto Rico. C'est une petite guitare similaire au ukulélé qui offre beaucoup de possibilités de jeu rythmique et qui dérive de la guitare baroque espagnole.

Il est généralement accordé en si - fa# - ré - la, de l'aigu vers le grave mais la décroissance sonore logique des cordes du grave vers l'aigu n'est pas respectée et on trouve des cordes plus graves là où on devrait trouver des médiums (les cordes de « la » et « si » étant les plus graves).

C'est un instrument clé de la tradition folklorique des Llanos du Venezuela et de Colombie. Il accompagne souvent la harpe avec des maracas dans le style llanero, en particulier pour le joropo (danse de couple nationale vénézuélienne mais aussi parfois pour des tonada (chants doux de bergers).

 

 

__________________________________________________________