Europe - Cordes Pincées - Histoire

Index2

Europe

Europe du Nord

Angleterre

Angleterre

Bandore angleterre

Le Bandore ou pandore est un grand instrument de musique à cordes pincées qui peut être considéré comme une sorte de cistre dans un registre plus grave, même s'il lui manque l'accordage discontinu qui peut caractériser le cistre.

Sans doute construit pour la première fois par John Rose en Angleterre, vers 1560, l'instrument est resté populaire pendant plus d'un siècle2. L'orpharion est une version plus petite de la bandore.

La bandore est fréquemment utilisée comme l'un des deux instruments graves d'un « broken consort (en) » tels qu'on en trouve dans les œuvres de Thomas Morley, tout en pouvant également être utilisé comme instrument solo. Anthony Holborne a écrit de nombreuses pièces pour bandore solo.

La caisse de la bandore est plate ; elle est montée de six chœurs de cordes métalliques.

Ecosse

Ecosse

Dulcimer ecosse

Le Dulcimer est attribué  de la famille des cithares.

Les instruments à l'origine du mot dulcimer étaient en vogue au Moyen Âge et portaient en vieux français le nom de doulce melle, doulcemelle, doucemelle ou dulce melos en latin, signifiant « douce mélodie », termes en adéquation avec le son qu'il produisait de puissance sonore modeste.

Sa caisse de résonance (en bois de noyer ou autres bois durs, selon les ressources locales) a souvent la forme d'un sablier allongé (forme dite hourglass).

Elle est percée de deux ou quatre ouïes de formes variables sur la table (faite en épicéa, red cedar ou divers bois dur) pour favoriser l'expression du son. 

Des cordes la surplombent (souvent quatre): deux cordes de bourdons et deux cordes très rapprochées accordées habituellement à l'unisson, dites « chanterelles ».

Finlande

Finlande

Kantele finlande

Le Kantele est un instrument à cordes pincées traditionnel de Finlande et de Carélie

Le Kantele est aussi proche des anciens instruments d'Asie comme le qalun ouighour, le gu zheng chinois, le Koto japonais et le gayageum coréen.

Il est en bois et comporte traditionnellement 5 cordes. Les modèles plus récents (du 20eme siècle principalement) peuvent comporter un nombre variable de cordes, de 5 à 40

Le kantele est en général accordé suivant une gamme diatonique. Pour le kantele à cinq cordes, les accordages les plus courants sont en Ré majeur (Ré-Mi-Fa#-Sol-La), ou alternativement en Ré mineur (Ré-Mi-Fa-Sol-La).

Le kantele à plus de cinq cordes sont le plus souvent accordés avec une gamme incomplète, où la septième est omise et où la corde la plus grave est accordée une quarte au-dessous de la tonique, faisant office de bourdon (exemple pour un kantele à 10 cordes : La-Si-Do#-Ré-Mi-Fa#-Sol-La-Si-Ré).

Irlande

Irlande

Crwth irlande

Le Crwt aussi appelée la rote, est un instrument d'origine galloise ou irlandaise, probablement du xe – xie siècle, date à laquelle l'emploi de l'archet est devenu commun en Europe occidentale.

I s'agit de l'un des derniers instruments dont aient joué les bardes historiques de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.

Le mot gallois crwth et le mot gaélique cruit étaient des termes génériques renvoyant aux instruments à cordes pincées en général, y compris les premières harpes, et les lyres à six cordes communes à toute l'Europe « barbare » du Haut Moyen Âge (cf. la célèbre lyre de Sutton Hoo conservée au British Museum).

Le crwth gallois est manifestement apparenté à ce dernier instrument (tout comme le sont d'autres lyres à cordes frottées, par exemple la strakharpa scandinave) ; en revanche, il n'est aucunement un ancêtre du violon.

L'instrument était creusé dans la masse (monoxyle) et comportait six cordes variables – quatre chanterelles (alignées avec la touche) et deux bourdons (séparés de la touche).

Il se joue comme le fiddle qui l'a supplanté. Il connaît un regain d'intérêt depuis quelques années.

Islande

Islande

Kelutviaq islande

La Kelutviaq est un luth à une corde joué par les Yupiks de Nelson IslandColombie-BritanniqueCanada.

L'instrument a été attestée dès 1971 par l'ethnomusicologue Walcott.

Norvège

Norvege

 

Langeleik norvege

La Langeleik est une cithare à bourdon typiquement norvégienne.

C'est un instrument ancien remontant au 16eme siècle et qu'on utilise rarement de nos jours.

Il existe également les appellations "langhørpu" et "langspill". C'est une cousine de l'épinette des Vosges.

Les anciennes versions sont rectangulaires, mais les modernes tendent à s'arrondir.

Des petits sillets jalonnent la table d'harmonie afin de délimiter les emplacements de jeu.

Il y a une corde de jeu et de quatre à huit cordes de bourdon, qu'on joue à vide et qu'on accorde en tierce.

Le répertoire est diatonique, vu les faibles possibilités de jeu.

L'une de ses plus grands interprètes du siècle fut Elisabeth Kværne.

Pays de Galles

Pays de galles

Harpe pays de gallas

La Harpe est un instrument de musique à cordes pincées de forme le plus souvent triangulaire, muni de cordes tendues de longueurs variables dont les plus courtes donnent les notes les plus aiguës.

C'est un instrument asymétrique, contrairement à la lyre dont les cordes sont tendues entre deux montants parallèles.

L'instrumentiste qui joue de la harpe est appelé harpiste.

Au début, il existait deux sortes de harpes : la harpe arquée et la harpe angulaire. Elle est, avec la flûte et certains instruments à percussion, l'un des plus anciens instruments de musique.

Elle est peut-être née de l’arc musical dont la corde, tendue et relâchée, vibre et émet un son.

Lorigine de la harpe remonte à la Mésopotamie.

Les premières harpes et lyres ont été trouvées à Sumer vers 3500 av. J.-C.1.

Plusieurs harpes ont été trouvées dans des sépultures et des tombes royales à Ur. Elle est connue des musiciens de l'Égypte antique, comme de Sumer (actuel Iran) et de Babylone.

La harpe s'est répandue à travers les diverses civilisations et tous les continents sous des formes différentes.

La harpe était un instrument universel : on la célèbre sur tous les continents et toutes les catégories sociales s'expriment à travers son art.

En Europe, elle est signalée au sud-est de l'Écosse sur les pierres « pictes » aux alentours du ixe siècle apr. J.-C., et en Irlande pendant le haut Moyen Âge.

Elle a alors pris sa forme moderne : triangulaire, apparemment posée sur la pointe, et dotée de la colonne qui relie la console (où s'accrochent les cordes) au bas de la caisse de résonance. Son usage se répand ensuite dans tout le continent.

 

Europe du Sud

Espagne

Espagne

Bandurria espagne

La Bandurria est un instrument de musique à cordes pincées ayant donné son nom à l'ensemble des instruments qui compose le groupe des luths espagnols, c’est-à-dire bandurria soprano, mezzo soprano, ténor, baryton, basse et basse noble même si tous reçoivent d'autres noms tel que bandurrínlaúdlaudón, réservant ainsi le nom de bandurria au seul instrument aigu.

On les retrouve aux Philippines à la suite de la colonisation espagnole.

La bandurria fait partie de la famille des cistres et semble avoir fait son apparition vers le xve siècle.

La bandouria est jouée à l'aide d'un plectre permettant de pincer ou gratter les cordes de l'instrument.

Aujourd'hui, et après être passé par différentes formes et tailles tout au long de l'histoire, c'est un petit instrument à la caisse de résonance en forme de poire, arrondie et à fond plat, doté de six cordes doubles, à manche muni de frettes.

Le manche et la touche comportent entre quinze à vingt barrettes incrustées. Les cordes sont en acier et en nylon.

La bandurria est jouée à l'aide d'un plectre permettant de pincer ou gratter les cordes de l'instrument, de nos jours le plectre peut être remplacé par un médiator.

La pratique de la bandurria est proche de celle du luth. La plupart des musiciens jouent avec un médiator en accords brossés.

Quelques joueurs de bandurria utilisent la technique dite de finger-picking (jeu au doigt).

Espagne

Espagne

Guitare classique espagne

La Guitare classique, également appelée guitare espagnole, est un instrument de musique de la famille des cordes pincées. Le son est amplifié par une caisse de résonance ; instrument très ancien dont les origines remontent à la plus haute Antiquité (le mot guitare pourrait provenir du mot perse kitar), dont la forme et les dimensions ont évolué au cours des siècles, de la guitare renaissance, puis baroque jusqu'à la guitare classique moderne, créée par Antonio de Torres, grand luthier espagnol du xixe siècle, qui reste le standard actuel.

La guitare classique est constituée d'une caisse de résonance faite d'une table d'harmonie en bois tendre (épicéa ou cèdre en général), d'éclisses et d'un fond en bois dur (palissandreacajou, érable...) et d'un manche (en acajou ou cèdre) portant une touche (en palissandre ou ébène) frettée.

Sur les instruments de qualité, les bois sont massifs et le choix des essences utilisées et des différents paramètres de construction a un fort impact sur la sonorité.

Sur les instruments de bas de gamme, la caisse de résonance voire la table d'harmonie peut être en contreplaqué, et leur construction est standardisée pour une production de masse .

De nombreuses déclinaisons de la guitare classique ont vu le jour au 20eme siècle — les guitares d'accompagnement et folk, les guitares de jazz, les guitares électriques — et ont permis d'étendre les possibilités et les styles de musique de cet instrument incontournable aujourd'hui.

Espagne

Espagne

Requinto espagne

Le Requinto est un instrument à cordes similaire à la guitare, bien que de taille plus petite, et dont les caractéristiques varient selon la région.

On distingue par exemple les requintos aragonaisargentincolombienmexicainpéruvien et vénézuélien.

Grèce

Grece

Baglamas grece

La Baglama est un instrument de musique grec à cordes pincées repris de saz (chez les turcs), de la même famille que la tamburitsa slave.

Dans les Balkans, Grecs et Slaves utilisaient le mot "tamboura" pour désigner cette famille d'instruments depuis l'époque byzantine 1.

Mais à partir de 1922, en Grèce, les Grecs d'Asie mineure qui utilisaient le terme "baglama" (qui désigne en turc divers types d'instruments à trois cordes) imposèrent cette nouvelle terminologie.

Ici, toutefois, il désigne une sorte de bouzouki trichordo miniature.

Le baglama grec présente des similarités avec les plus petits représentants de la famille des saz, comme le cura saz ou le üç telli bağlama, sans qu'une filiation directe soit établie; ces instruments différent notamment par le type de frettes et de jeu, et souvent la forme ou la taille de la caisse

Comme le bouzouki trichordo dont il est la réplique, il possède un fond bombé souvent creusé dans une pièce de bois, 3 doubles cordes métalliques accordées généralement Ré-La-Ré, un chevillier moderne et un manche garni de frettes fixes.

Il peut être joué comme instrument soliste mais est généralement utilisé en accompagnement, souvent en association avec un bouzouki et une guitare, son timbre lui permettant de se faire entendre malgré son manque relatif de puissance.

Grèce

Grece

Bouzoukin grece 1

Le Bouzouki est un instrument de musique répandu en Grèce, dont il est souvent considéré comme l'instrument « national » depuis le milieu du XXᵉ siècle.

C'est un luth à manche long fretté, de la famille du tambur, très proche du tambur bulgare ou serbe, de la tambouritza ou du saz, dont il se différencie par les frettes fixes, l'ouïe centrale et le son plus métallique.

Contrairement à une idée répandue, on trouve son ancêtre, le « tambouras » dès l'époque byzantine dans tout l'espace grec et slave, donc avant l'arrivée des Turcs dans les Balkans.

Long de 70 cm, il dispose d'un long manche étroit muni de 27 frettes fixes, et d'une caisse piriforme (dont le fond en lamellé-collé est bombé).

La rosace est plus ou moins décorée de nacre, le bouzouki traditionnel étant généralement plus sobre.

Les cordes sont métalliques et doublées, les chœurs graves étant normalement accordés à l'octave.

Le bouzouki traditionnel (trichordo) compte trois doubles cordes (chœurs) accordées en ré - la - ré.

Les deux chœurs les plus graves sont fréquemment utilisés comme bourdon, la mélodie étant jouée sur le chœur le plus aigu.

 

________________________________________________

×